Rembourré pour protéger les plantes de la chaleur (et du froid)

Pendant les journées les plus chaudes de l’année, le paillage du sol du jardin, du verger et même des pots est une ressource efficace pour réduire la perte d’humidité au niveau des racines et aider les plantes à affronter l’été. Et ce ne sont pas ses seuls avantages. Il existe de nombreux types de paillis ou de rembourrage, chacun ayant ses propres particularités.Le paillis est constitué de tout matériau organique ou inorganique capable d’isoler le sol. Leur utilisation offre de nombreux avantages : ils retiennent l’humidité et réduisent le besoin d’irrigation jusqu’à 40 %, attirent la flore et la faune microbiennes précieuses vers les plantes, et certains fournissent des nutriments dans leur processus de décomposition. Mais, en plus, ils freinent l’apparition des mauvaises herbes spontanées : “Le meilleur moyen de les maîtriser, c’est avec le paillage”, explique Fergus Garrett, le jardinier en chef.

En été, ils protègent les racines de l’effet de la chaleur et en hiver, ils les défendent du gel, atténuant les processus de gel en augmentant l’inertie thermique.

En été, ils protègent les racines de l’effet de la chaleur et en hiver, ils les défendent du gel, atténuant les processus de gel en augmentant l’inertie thermique.

Ils représentent également une ressource précieuse contre l’érosion et la perte d’activité biologique du sol. Le sol nu est l’ennemi du jardin, non seulement à cause de l’impact esthétique négatif qu’il provoque, mais aussi de la nature.

Aspects négatifs

Cependant, tous les rembourrages ne sont pas toujours bénéfiques ou n’offrent pas les mêmes avantages. Chez les jeunes plants, par exemple, un paillage épais et mal drainant pourrait retenir trop d’humidité autour du collet et favoriser l’apparition de maladies fongiques.

Graviers et autres granulats

Ils sont l’un des rembourrages les plus appréciés dans l’aménagement paysager méditerranéen, où ils sont utilisés pour relier visuellement l’environnement rocheux à l’intérieur du jardin. Lorsqu’ils sont utilisés comme finition de surface, ils doivent être des agrégats esthétiques avec une granulométrie moyenne à faible : de 3-5 mm à un maximum de 25-40 mm.

L’origine de l’agrégat fournira différentes propriétés et nuances: gravier de galets, ardoise plate, gravier volcanique, argile expansée, céramique concassée, granit et marbre de différentes couleurs et œil de perdrix, entre autres. Dans les jardins à faible irrigation, il est préférable de choisir des couleurs claires qui réfléchissent la lumière et n’absorbent pas la chaleur.

Cela peut vous intéresser :   Quelle est la meilleure Grelinette ☞ Comparatif ✓ Tests ✓ Avis

Ils n’inhibent pas complètement la croissance des herbes spontanées – il faudrait des épaisseurs qui compacteraient le substrat inférieur en raison de leur poids élevé -, mais avec la croissance rapide des plantes vivaces dans les plates-bandes, ce problème diminue. Il est déconseillé d’installer un treillis géotextile en dessous, car il finit par émerger et annule également les tunnels bénéfiques ouverts par la faune du sol.

Dans son livre Le jardin sans irrigation, le célèbre pépiniériste Olivier Filippi préconise ce type de paillage en couches de 10-12 cm pour les plantes méditerranéennes de petit développement et même couvre-sol, espèces qui proviennent de sols pauvres et drainants, de qualités arides, et supportent mal un apport de matière organique.

Écorce de pin

Il est moins durable que le gravier mais aussi très esthétique, notamment dans les plates-bandes et entre les buissons et les arbres. Il se compacte moins que les autres paillis, il peut donc être utilisé en couches de 8 à 12 cm d’épaisseur. Il n’est pas recommandé de couvrir directement le cou des plantes ligneuses ou de se tromper en excès car cela pourrait accumuler trop d’humidité et provoquer un manque d’aération préjudiciable. Il n’y a aucune preuve qu’il acidifie le sol ou séquestre les nutriments, il les libère plutôt lentement. Comme le gravier, il ne doit pas être utilisé dans les zones où le sol doit être travaillé fréquemment.

Paillis

Tout compost riche en matière organique peut être appliqué comme paillis pour pailler les plates-bandes. On peut l’obtenir à partir des feuilles mortes des arbres – les meilleures sont celles des chênes, des hêtres et des charmes – surtout en automne, et l’appliquer en couches de 5 à 8 cm. Le paillage avec mulch est une solution écologique, très riche en nutriments, bon marché et idéale pour les plates-bandes d’entretien moyen à élevé où l’objectif est d’améliorer radicalement la structure du sol, mais elle n’est pas très stable et nécessite des applications fréquentes. Il est essentiel qu’il soit parfaitement composté, c’est-à-dire mûri, pour ne pas abîmer les plantes.

Cela peut vous intéresser :   Microciment sur les murs : comment réformer soi-même sa maison

Débris de taille broyés

Une fois broyés, les restes de taille des espèces ligneuses qui sont générées périodiquement dans le jardin constituent un mélange de haute qualité sous forme de paillis organique. C’est un paillis d’aspect rustique et naturel, très durable. Filippi recommande ce type de paillis pour les grandes plantes en couches d’environ 20 cm d’épaisseur qui se compriment et se réduisent de moitié en quelques mois : « Les racines superficielles des plantes peuvent alors se développer juste en dessous du paillis, là où l’activité biologique du sol est plus important, tandis que les racines profondes bénéficient plus longtemps d’un sol humide », écrit-il.

Couvre-sol ou plantes couvre-sol

Au pied des arbres, arbustes et vivaces, des espèces de faible hauteur et au comportement rampant qui couvrent le sol nu peuvent être plantées. Avec cela, tous les avantages précédents sont obtenus, plus l’ajout d’un jardin paysager plus diversifié et précieux. L’objectif est d’augmenter la densité de plantation avec des espèces qui recouvrent la couche la plus basse des parterres de fleurs avec des couleurs et des textures.

Paille propre pour le jardin

Facilement disponible en été lorsque le grain est récolté, il est très bon marché et se répand rapidement à l’aide d’une fourche. Son aspect sec peut contraster négativement avec les plantes ornementales, il s’intègre donc mieux au jardin, où il préserve les fruits du contact avec le sol (fraises, tomates, courgettes, concombres) et accompagne les cycles culturaux annuels avec sa faible durabilité.

Metaverse
Écolo-engagée, amoureuse de la communication 2.0. Je suis chargée de marketing digital. Ma passion depuis toujours : l’écriture ! Ce métier s’est donc manifesté comme une évidence. Depuis mon plus jeune âge, j’adore enquêter, trouver des informations que d’autres n’ont pas, et la lecture tient également une place importante dans mon cœur. Passionné depuis toute petite par l’écriture et de nature très curieuse, je m’intéresse à tous les sujets !